Organiser la performance industrielle pour repositionner l’humain au cœur de l’industrie 4.0.

Publié le

Depuis plus de 25 ans, l’industrie française s’est repliée, entrainant un retard important sur les investissements de production, ce qui nécessite aujourd’hui de renouveler des machines devenues obsolètes, de modifier les structures organisationnelles, de développer de nouvelles compétences et de nouveaux comportements. Ces trois dernières années, les industriels sont redevenus optimismes. On observe un élan de reconquête, dont l’agilité, les innovations technologiques, le décloisonnement des services et l’humain sont les points centraux des transformations de demain.

Le renouveau industriel

Plusieurs signaux positifs témoignent du renouveau de l’industrie française et de la vitalité de ses entrepreneurs ; d’abord une activité qui est en hausse mais aussi une industrie qui se réarme avec des investissements plus importants que dans les années passées, ce qui lui permet progressivement de rattraper son retard. À cela s’ajoute aussi des créations d’usines qui sont redevenues supérieures aux fermetures recensées.

Ces évolutions s’associent à une nouvelle révolution industrielle, la 4e du nom. Les nouveaux investissements se font beaucoup sur des nouvelles technologies et de nouveaux modèles de management se positionnent au cœur de cette révolution. La transition écologique et les nouvelles attentes des salariés sont aussi des enjeux majeurs auxquelles apprend à faire face l’industrie d’aujourd’hui.

Décloisonner l’entreprise pour développer l’agilité

Beaucoup d’entreprises sont encore organisées en silos, avec des managers qui restent enfermés dans leur tour d’ivoire, se focalisant plus sur leurs objectifs propres que sur ceux de l’entreprise. Pour casser cette compartimentation, sans que cela ne soit au dépend du confort des managers et de leurs collaborateurs, la 4e révolution industrielle et l’arrivée du digital apportent des solutions. Elles deviennent ainsi le catalyseur de ce décloisonnement, comme le sont les plateformes collaboratives ou encore les solutions permettant de faciliter la gestion et l’analyse des données. Fédérer les équipes autours d’enjeux globaux et partagés, faciliter la coopération spontanée et créer des passerelles entre les équipes développe ainsi l’agilité globale et l’intelligence collective de l’entreprise qui permettent de sécuriser et d’améliorer de façon globale la performance de toute l’organisation.

La formation pour accompagner la transformation

Pour accompagner cette transformation, l’enjeu des prochaines années va se concentrer sur la formation de nouveaux collaborateurs car on enregistre également une augmentation importante de départs à la retraite. Très nombreux sont les métiers traditionnels qui évoluent voire même disparaissent pour faire place à de nouveaux métiers. Selon une étude COE (Conseil d’orientation pour l’emploi) de 2017, 30 % des emplois sont susceptibles de voir leur contenu évoluer dans les prochaines années. Et beaucoup reconnaissent que le cœur de l’industrie du futur ne doit pas être la technologie, mais plutôt le travail et les compétences. Les employés de demain doivent être plus qualifiés et leur savoir-être, leur intelligence émotionnelle, de nouveaux critères d’évolution car ils permettent d’assurer la pérennité du développement de l’apprentissage et donc de l’adaptation.

C’est ce que propose nos nouveaux parcours de formations à CESI. Afin de répondre à ces différentes attentes, nous élaborons des rythmes et des modes pédagogiques en lien avec les grandes transformations industrielles.